L’Université Laval suspend un chercheur en sciences pour avoir exprimé sa liberté académique

Remove Ads

Est-il le cas que l’Université Laval, après la chasse aux scientifiques, font de la discrimination contre les hommes blancs?

L’Université Laval est préoccupée par la liberté universitaire et la liberté d’expression sur les campus universitaires, et elle dit avoir besoin de cette liberté.

Ils mentionnent également que dans les universités, les gens doivent débattre, prendre des risques, étudier et explorer des sujets difficiles, sensibles ou mêmes controversés.

Discutez de tout sauf de sujets comme les effets possibles de la vaccination coercitive. Dans le passé, l’établissement a pris des mesures contre leurs employés qui ont osé prendre une autre façon de penser du récit principal.

Deux enseignants avaient reçu des conséquences pour avoir voulu discuter de sujets, qui encore aujourd’hui, une seule ligne de pensé est permise. La vaccination est sécuritaire et efficace.

Deux scientifiques ont osé approcher le sujet de la vaccination chez les enfants et les conséquences par rapport aux bénéfices. M. Nicolas Derome a été le premier à parler et l’université s’est immédiatement dissociée des paroles du professeur et chercheur en ARN.

M. Patrick Provost, enseignant et chercheur en ARN également, a été suspendu sans solde pendant huit semaines et risque maintenant sa carrière dans la même université.

Mais aujourd’hui, l’Université Laval va directement à la discrimination des hommes blancs en publiant un appel à la candidature pour un poste de titulaire comme chaire de recherche, mais en limitant leur accès à cette position. Mais allons-nous arrêter ce mouvement `WOKE` qui a pris d’assaut les institutions? Dans ce rapport, j’explique ce qui s’est passé avec cette université et j’ai demandé aux gens du campus leur point de vue sur le sujet.

Visit Original Source

Please follow and like us:

Leave a Reply

Your email address will not be published.

error

Please help truthPeep spread the word :)